Pour nous trouver

Nos horaires d'ouverture :

PEP37
6 Allée Alcuin
37200 TOURS

 

Téléphone :

 

Accueil / Standard : 02.47.20.67.66

                                -   02.47.20.67.46

 

IRECOV : 02.47.54.20.52

 

Classe découverte : 09.72.58.05.30

 

SAPAD : 02.47.20.67.47

 

Ludobus : 02.47.20.67.45

 

Du lundi au vendredi :

 

8h30 - 12h30

 

13h30 - 17h30

Indre-et-Loire - Tours - Sanitas

L'UTBM rencontre des jeunes déficients

05/04/2017

Nathan Viairon arrive au terme de son service civique au sein du PLLL Tours basket. Sportif, Nathan est licencié du club et il est aussi sensibilisé aux situations de handicap. C'est donc un projet conjuguant ces deux centres d'intérêt qu'il a réalisé, sous la houlette de Sophie Bascop. Il s'agissait de permettre à des enfants présentant des troubles du langage ou déficients visuels ou auditifs accueillis à l'Irecov (Institut de rééducation et d'éducation pour la communication, l'ouïe et la vue) de s'initier au basket. Ce 31 mars, au gymnase de la Rotonde, c'est une belle surprise qui les attendait : la rencontre avec trois joueurs de l'UTBM (Damien Belabre, Vaidotas Pridotkas et Bruno Cingala Mota).

Une occasion de dépasser le stade d'activité scolaire en approchant de vrais joueurs. L'aventure se poursuivra grâce aux invitations qui leur ont été remises pour assister au match opposant le 29 avril l'UTBM à Brissac. Et puis, aujourd'hui ils repartent avec des affiches dédicacées, et ça s'est important !

Indre-et-Loire - Sonzay - Sonzay

Gast 2016 : 3.500 € pour les enfants handicapés

03/12/2016
 
Moment d'émotion dans la salle lors de la découverte de la somme offerte.

L'heure du bilan avait sonné, jeudi soir, dans la salle des associations de Sonzay. Jean-Pierre Verneau et son complice, Janny Boileau, entourés des nombreux bénévoles du comité des fêtes ainsi que de l'artiste Nello, ont reçu l'association des parents d'enfants handicapés de l'institut Irecov, de Tours, afin de leur remettre l'intégralité des bénéfices réalisés lors du concours d'attelage de fin août. 
Une jolie somme ! En effet, 3.500 € ont été récoltés grâce à l'investissement personnel des bénévoles et aussi car « chacun paye sa part », avait précisé Janny Boileau. 
La totalité de cet argent sera investi dans des activités de loisirs et de bien-être pour les enfants atteints de troubles du langage, malvoyants ou sourds de l'institut avec notamment des sorties équestres comme l'équithérapie…

Retour sur l'édition 2016. Le maire a salué de nouveau l'investissement de tous dans cette belle aventure caritative : les bénévoles mais également le parrain 2016, Sébastien Barc (champion paralympique d'athlétisme) ainsi que le très aimé Nello, grand artiste transformiste de la place de Tours qui ne manque jamais une occasion d'œuvrer pour les enfants. 
Il le prouva encore ce soir-là puisqu'il annonça officiellement le renouvellement de sa participation à la prochaine édition en 2018 ! Mais, cette fois, c'est un véritable spectacle en coordination avec les bénévoles du comité des fêtes qui sera mis en place.
La présence d'un groupe de gospel et probablement aussi d'un magicien dans la chapelle du Gast rendra l'événement mémorable ! 
« Il n'y a pas de hasard, il n'y a que des rendez-vous », philosopha l'artiste, en reprenant une citation de Paul Éluard, heureux de faire officiellement partie de l'aventure à présent. 
L'équipe se souviendra pour cette année, en tout cas, de la chanson d'Yves Duteil « Prendre un enfant par la main » qui fut reprise de nouveau jeudi soir par Janny Boileau, rapidement accompagné par toute l'assemblée. Sans nul doute, cette chanson deviendra l'hymne de ce beau rendez-vous biennal !

Indre-et-Loire - Tours - Lamartine-les halles

Les adieux de l'association 100 Voix

03/12/2016

Au premier étage de la salle Ockeghem, les visiteurs pouvaient s'arrêter, samedi dernier, devant les jouets, livres et DVD mis en vente par l'association 100 Voix (*). Mais malgré la bonne volonté des bénévoles et la présence de nombreux parents, enfants et amis, le moral n'était pas au beau fixe : « Il faut savoir tourner la page, confie la présidente de 100 Voix, Florence Agbadou. Car c'est la dernière rencontre pour l'association. » Créée il y a une dizaine d'années par Pascaline Denis et Olivia Le Guivelec, cette dernière, entièrement tournée vers les enfants sourds et malentendants, est spécialisée dans les créations artistiques bilingues langue des signes française (LSF)/français.

Par conviction ou parce qu'elles-mêmes avaient dans leur environnement des personnes touchées par ce handicap, elles avaient réussi à développer un réseau dans le département et même au-delà : « Nous avons créé des contacts au sein des crèches, auprès des enfants, dans des classes. L'essentiel était de promouvoir la LSF en mettant en avant la théâtralité et l'esthétique de la langue. On a ainsi pu militer pour l'accessibilité à la communication pour tous ».
Et il est vrai que les gestes que les visiteurs partagent créent une empathie, ne serait-ce que le geste de se toucher le cœur ou la bouche ou le menton et de tendre la main vers l'autre pour dire bonjour, au revoir ou merci. Gestuelle qui demande un apprentissage et qu'« il faudrait apprendre à tous pour effacer les différences », insiste la présidente.
L'association a sorti des livres (comme Monsieur l'Ému, en vente à la librairie Libr'Enfant, rue Colbert) que l'on pourra encore trouver sur son site Internet et les comédiens associés vont continuer à tourner avec les spectacles créés au fil des années : « On pourra aller voir les spectacles Balbu'Signes, Balbu'Sons… »

(*) Les bénéfices de la vente iront à l'Irecov, l'institut scolaire tourangeau spécialisé dans l'accueil de la déficience auditive et visuelle, et à la petite classe de l'école Raspail qui intègre des enfants malentendants.

Pour commander livres et DVD, site Internet : www.cie100voix.fr

Indre-et-Loire - La Ville-aux-Dames - La ville-aux-dames

Des ânes au camping

23/04/2016
 
 

Trois ânes au camping qui n'ont pas perdu de temps pour « attaquer » l'herbe.

 

 

Le camping Les Acacias a été le théâtre d'une animation particulière, mardi. L'association Biodivercity y a fait étape avec trois ânes. Ils arrivaient de Truyes, où ils ont passé six mois avec l'association Arc en ciel. Après une halte à Larçay et l'étape gynépolitaine, le point d'arrivée se situe à l'Irecov (centre de rééducation pour la communication, l'ouïe et la vue) à Tours. Au programme de cette aventure : l'écopâturage qui est une des nombreuses activités de l'association.

 

Indre-et-Loire - Larçay - Larçay

Transhumance et projet autour des ânes

22/04/2016
 
 

Trois jours de route vers l'Irecov de Tours en passant par Larçay.

 

 

Lundi dernier, c'est sous un magnifique soleil qu'une dizaine de bénévoles de l'association BiodiverCity a pris les chemins accompagnés de trois ânes, en direction de l'Irecov (Institut de rééducation pour la communication, l'ouïe et la vue), à Tours. Au programme, 36 km de prévu, trois jours de marche avec trois paires de longues oreilles.
L'équipe s'est arrêtée lundi soir à Larcay et mardi soir à La Ville-aux-Dames, pour une arrivée mercredi au centre.
Cléo, Dahé, et Rocambole viennent de passer six mois au hameau l'Arc-en-ciel, foyer d'accueil médicalisé pour personnes polyhandicapées.

BiodiverCity propose aux entreprises, associations, centres hospitaliers et maisons de retraites d'accueillir son petit troupeau sur quelques semaines ou plusieurs mois. Le principe est simple : l'association installe tout le matériel nécessaire au bien-être des animaux (clôture, abreuvoir, abris…) et s'occupe du suivi sanitaire. Pour créer un cadre de vie agréable et entretenir vos espaces verts différemment, accueillez les ânes de BiodiverCity !
BiodiverCity est une association Tourangelle qui œuvre et valorise la nature en ville par le biais de trois activités : l'apiculture urbaine, l'écopâturage et l'accompagnement à la création de jardins partagés. 

Contact Biodiversity : Solène Dallet au 06.31.80.76.28, biodivercity.fr, biodivercity.contact@gmail.com

 

Indre-et-Loire - Tours - Paul-bert

Mardi Gras pour tous les âges

13/02/2016
 
 

A l'occasion de Mardi Gras, la résidence Henry-Dunant et l'Irecov ont organisé une première rencontre, un carnaval coloré, réunissant les personnes âgées de la résidence et les enfants de l'institut voisin.
Cow-boys, princesses et confettis ont fait, l'espace d'un après-midi, le bonheur des résidents de l'Ehpad. Bonheur aussi du côté des enfants, qui ont apprécié cette sortie divertissante autour d'un petit goûter. 
Dans un objectif commun d'ouverture sur le quartier, les responsables des deux établissements réfléchissent à d'autres actions à mettre en place pour développer ce lien intergénérationnel qui fait briller les yeux des enfants et des anciens.

Indre-et-Loire - Tours - Saint-symphorien

Une championne en or au collège Ronsard

09/12/2015
 

Marie-Amélie Le Fur entourée de ses fans.

Dans le cadre de la journée du handicap, qui s'est déroulée le jeudi 3 décembre, Mathieu Ceccaldi, enseignant coordinateur ULIS, et Lorraine Herry, conseillère principale d'éducation, ont organisé une journée en lien avec le CESC (Comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté) afin de faire découvrir à 150 élèves comment peut se vivre le handicap au quotidien, mais aussi dans le sport.

Pour la troisième année, différentes associations partenaires (IRECOV, SESSAD Mirabeau, association Valentin Huye, mairie de Tours) et quelques élus avaient répondu présents.
Le collège a eu l'immense honneur d'accueillir la grande championne d'athlétisme handisport, Marie-Amélie Le Fur. Amputée suite à un accident de la route, elle a été la première femme à courir sous la minute, double médaillée d'or aux jeux paralympiques, championne du monde du 100, 200, 400 mètres et du saut en longueur. Elle rentre de Doha (Qatar) avec quatre nouvelles médailles (2 or, 2 argent).
Une à deux fois par mois, Marie-Amélie donne de son temps afin de promouvoir le handisport. Elle regrette « le retard que montre la France en terme d'accessibilité et d'acceptation du handicap. Malgré tout, les choses avancent, par exemple le championnat de Doha a été diffusé en direct, l'athlétisme ayant la chance d'avoir plus d'impact sur les spectateurs. Il est vraiment important de parler, de montrer un nouveau visage du handicap ». Disponible, à l'écoute, d'une patience infinie, elle s'est prêtée avec grâce aux innombrables demandes d'autographes et de photos.
Par ailleurs, tout au long de cette journée, les élèves de 6e, d'ULIS (unité localisée pour l'insertion scolaire), des 4esSEGPA (section d'enseignement général et professionnel adapté) ont pu découvrir neuf ateliers : ceci-tennis de table, céci-pétanque, rencontre avec deux non-voyantes, usage d'un fauteuil roulant et apprentissage du langage des signes.

Indre-et-Loire - Tours - Vie associative

Tours en Signes a fait la fête

05/12/2015
 
 

Deux jours de rencontres, de musique, de lecture et de danse.

La troisième édition de Tours en Signes a eu lieu le week-end dernier, salle Ockeghem. Pascaline Denis, trésorière de l'association 100 Voix, qui organise régulièrement le festival, a accueilli les bénévoles samedi matin pour leur expliquer en langue des signes française (LSF) le déroulé de la journée.
La veille, un concert avait été offert au public, toujours en LSF, par le groupe Sale Petit Bonhomme (musique et chansigne).
Ce samedi-là, 100 Voix accueillait trois associations, la Maison départementale des personnes handicapées et sa responsable, Virginie Lannier, Mireille Lecoustre et la Compagnie du Bonheur - qui propose un atelier de sensibilisation en LSF pour les petits et les grands - et l'Institut de rééducation et d'éducation pour la communication, l'ouïe et la Vue (Irecov). Ce dernier accueille, entre autres, une cinquantaine d'enfants sourds dans ses murs et suit une centaine d'autres élèves dans différents établissements scolaires.
« Nous mutualisons nos actions pour une plus grande efficacité », tient à préciser Pascaline Denis. Par ailleurs, les visiteurs pouvaient découvrir deux expositions d'artistes sourds, « Photos des 1.000 indignés » de Philippe Lemaire, photographe engagé dans un combat inspiré par les écrits de Stéphane Hessel, et des illustrations drôles, étonnantes et tendres d'Isabelle Salmon, qui dédicaçait son « Abécédaire polaire » en LSF.
Quant à 100 Voix, l'association présentait deux spectacles dont sa toute nouvelle création collective, « Balbu'Signes Balbu'Sons ». Et pour clore ce week-end festif, on a pu découvrir le travail amateur de l'atelier de danse, Corps et Signes, chorégraphié par Sylvie Darmagnac. Deux journées à la découverte, pour certains, de toutes les actions porteuses proposées aux sourds et malentendants en Indre-et-Loire. Des moments particulièrement riches en rencontres et en échanges.

Site Internet : www.cie100voix.fr et courriel : contact@ie100voix.fr
Contact Irecov : irecov@wanadoo.fr
Cours de langue des signes française : www.compagniedubonheur.fr et compagniedubonheur@orange.fr

 
Indre-et-Loire - Tours - Éducation

" Attention, tu as pris la fourchette de ton voisin ! "

04/12/2015

Les enfants ont joué le jeu avec enthousiasme. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Plusieurs écoles ont participé à la Journée internationale des handicapés en organisant un repas à l’aveugle. Reportage à la cantine de l’école Velpeau.

 

Hier, midi trente, école Velpeau. Le premier service de cantine vient de se terminer. Après les petits, place aux grands pour un déjeuner particulier. Une centaine d'élèves de CE1, CM1 et CM2 participent en effet à un repas à l'aveugle. L'initiative, portée par la Ville, l'association Valentin Haüy et l'Irecov (1), accompagne la Journée internationale des personnes handicapées (2).

Alors que les élèves gagnent leur place autour des neuf tables, Anne-Gaëlle Hochart, diététicienne et co-organisatrice, prend la parole : « Vous avez devant vous les bandeaux que vous allez mettre sur vos yeux. Exceptionnellement, vous ne vous servirez pas, c'est l'adulte de votre table qui le fera. Avant de commencer, repérez bien l'emplacement de vos couverts et de votre verre. »

" On ne triche pas "

Une fois l'entrée servie – des concombres à la crème –, l'exercice de style commence. Tant bien que mal, la fourchette pique. Un coup à côté, un coup dans le mille. L'adulte conseille – « Aidez-vous de votre couteau », « Vous n'êtes pas obligés de rester figés, vous pouvez bouger » –, reprend les petits malins : « On ne triche pas ».Maladroitement, certains débordent chez le voisin : « Attention, là ce n'est pas ta fourchette » ; d'autres se découragent : « Moi, j'arrête les concombres et je prends le pain, c'est plus facile ».
« Il y a un peu plus de bruit que d'habitude, remarque cet accompagnant, mais j'ai l'impression que les enfants mangent davantage. » Le repas se poursuit et quelques raviolis du plat principal jonchent le sol. Un peu de travail pour les équipes de nettoyage.
Pour préparer cette journée, les écoles ont mené plusieurs ateliers. Certaines ont reçu des personnes aveugles venues raconter leur quotidien, d'autres ont travaillé sur la langue des signes ou le rôle des chiens-guides. « A l'issue de cette expérience, nous mènerons d'autres projets pédagogiques », souligne Christophe Percher, directeur de l'école Velpeau.
Venu découvrir, mais pas tester, l'animation, Serge Babary a précisé que cette première sera renouvelée l'an prochain, « mais sous des formes qui pourraient être différentes ».
La conclusion revient à cet écolier, ravi de son expérience et prêt à la faire partager au reste de sa famille. Lucide, il reconnaît toutefois que sa maman aura « peut-être un peu de mal à accepter ».

(1) Institut de rééducation et d'éducation pour la communication, l'ouïe et la vue. (2) Quinze écoles publiques et privées, soit 1.000 écoliers, ont participé à ce repas.

Nicolas Rimbaux
Indre-et-Loire - Tours - Europe

Écouter et voir des histoires à la Médiathèque

27/11/2015
 
 

Les applaudissements se font en langue des signes.

 

 

Une voix, celle de Brigitte Puysségur, bibliothécaire à l'espace jeunesse de la Médiathèque François Mitterrand, et deux mains, celles d'Amélie Hédin, interprète en langue des signes de la société Tours 2 Mains à Joué-lès-Tours. Face à elles, une quarantaine d'enfants, qui ne perdent pas une miette des histoires de « Ma, Emma, et GrandMa », de « Madame Hortense » ou de « Rosie et Rosette chez Mémé ». 
Ces enfants viennent de tous les horizons : habitués de la médiathèque, enfants de l'école Charles-Péguy, élèves de l'école Jules-Verne, enfants d'instituts spécialisés tels que l'ITEP ou l'IRECOV. Tous, entendants ou non, se côtoient et partagent les mêmes émotions pendant près d'une heure.

Le thème choisi pour cette matinée, des histoires sur les relations entre enfants et grands-parents, est en lien avec l'exposition Deux mains s'écrient aujourd'hui ! présentée à la médiathèque jusqu'au 28 novembre. Des photographies de Gérard Mercier, photographe-plasticien, mettent en scène les mains de personnes âgées, et celles d'enfants, dans le cadre d'un projet intergénérationnel.
Médiathèque François Mitterrand 2, esplanade François Mitterrand. Tél. 02.47.54.30.42
Prochains rendez-vous : Heure du conte à la Médiathèque François Mitterrand : mercredi 9 décembre à 10 h 30. Heure du conte en langue des signes à la Bibliothèque Centrale : mercredi 16 décembre à 15 h 30.

 

Indre-et-Loire - Tours - Douets-milletière

Challenge natation pour l'IME des Douets

11/06/2015 
De joyeux médaillés du Challenge Élisabeth qui s'est tenu à la piscine du Mortier.

 

       En partenariat avec la Ville de Tours et Special Olympics, a eu lieu fin mai le Challenge Élisabeth, du nom

      d'Élisabeth Parent, professeur d'éducation physique et sportive à l'IME des Douets, l'instigatrice de cet  

      événement.

Il s'agissait d'un tournoi destiné aux enfants non nageurs de l'IRECOV, les Elfes et les IME Saint-Jean et Saint Martin-des-Douets. 
La piscine du Mortier de Tours-Nord a donc accueilli ce parcours ludique en petit bassin : marche à quatre pattes dans l'eau, passage sous des tapis, lancer de ballon sur une cible en équilibre sur un tapis. Les plus audacieux ont fini par sauter dans le grand bassin.
Chaque action était valorisée et tous les enfants ont été récompensés par des médailles. 
Cette journée a été une grande réussite puisque plusieurs jeunes apeurés par l'eau ont demandé à apprendre à nager, le côté très pédagogique et amusant de cette action ayant servi de phénomène déclencheur.
Une deuxième partie de ce challenge s'est tenue le jeudi 4 juin, avec cette fois des enfants nageurs, en compétition sur 25 et 50 mètres. Quarante sportifs issus de cinq établissements spécialisés ont participé à cette rencontre qui s'est déroulée dans une ambiance formidable. L'IME des Douets a obtenu cinq premières places sur neuf séries.

Indre-et-Loire - Tours -

paul-bert

 

 

19/05/2015
 

> Inscriptions pour le vide-greniers de l'Irecov. Le vide-greniers de l'association Les enfants de Beausite se tiendra samedi 30 mai, de 7 h à 18 h, sur le site de l'Irecov, au 31, rue de la Loire, à Tours-Nord. Inscriptions ouvertes à tous jusqu'au mercredi 27 mai au 06.16.09.85.95 ou 06.21.76.18.94 (en cas d'absence, laissez vos coordonnées). Les dossiers seront envoyés par mail ou à retirer à l'Irecov. L'emplacement sera attribué à réception du règlement (chèque à l'ordre de l'association Les enfants de Beausite).


Tarif : 10 € pour un emplacement de 4 m (55 emplacements disponibles). Restauration et boissons possibles sur place.

Indre-et-Loire monconseil-tourettes

Des collégiens à la rencontre du handicap

12/12/2014
La cécité : un handicap où l'utilisation de la canne permet avec l'ouïe de pouvoir se déplacer. 
 

La journée du handicap, qui s'est tenue le 4 décembre au collège Pierre-de-Ronsard, a été riche en événements. De nombreux handicaps ont été présentés. Par petits groupes, les élèves de sixième, guidés par des quatrièmes, ont participé à des ateliers présentant, entre autres, la marche avec une canne blanche, la pétanque sans voir (appelée aussi cécipétanque), l'écriture en braille, le déplacement en fauteuil roulant, la vie avec un côté du corps paralysé. Des témoignages ont aussi permis aux jeunes de prendre conscience des différences entre valides et personnes souffrant d'un handicap.

Tout au long de l'après-midi, de nombreux partenaires sont venus échanger avec les collégiens : citons l'association Valentin Haüy, le foyer du Colombier, le Sessad Mirabeau et l'Irecov. Des bénévoles se sont déjà portés volontaires pour participer à une nouvelle rencontre avec les handicaps pour 2015.

Indre-et-Loire beaujardin-raspail

" Aux Arts apprentis " avec le CFA

23/06/2014
Les secondes bac pro hôtellerie devant les élèves de la maternelle Raspail. 
 

L'opération « Aux Arts apprentis » soutient et encourage les pratiques artistiques, et met en valeur les réalisations des élèves dans tous les domaines culturels développés avec leurs professeurs, en partenariat avec des artistes ou des structures. C'est dans ce cadre qu'un groupe d'apprentis du CFA de Tours a pu participer à ce projet.

Jeudi après-midi, les élèves de seconde bac hôtellerie ont joué les contes qu'ils avaient réécrits devant les maternelles de petite et moyenne section de l'école Raspail et de jeunes sourds et malentendants de l'Irecov (institut de rééducation et d'éducation pour la communication, l'ouïe, et la vue). Avec leur formatrice en français, et en coordination avec l'animatrice socioculturelle du CFA, les élèves ont en effet monté un projet contes, « Raconte-moi une histoire ».
Le groupe a bénéficié de la présence d'une intervenante professionnelle, Pascaline Denis, conteuse et comédienne de la compagnie 100 voix, éditrice d'albums pour le jeune public sourd et malentendant. Celle-ci est intervenue pour le travail d'écriture et de création d'histoires. Les élèves ont réécrit des contes très connus afin de finaliser un livret de recueil : Le Petit Chaperon rouge, Le Petit Anorak vert, Shrek, Alice au pays des sucreries… C'est ce travail qu'ils ont présenté aux élèves de maternelle.

Indre-et-Loire éducation

Des enfants sourds signants avec des élèves entendants

14/12/2013

A l’école Raspail à Tours, des élèves sourds “ signants ” sont accueillis en classe avec un interprète. Mais à quand un accueil en collège pour ces enfants ?

L'interprète, Élisabeth Révérand, traduit en langue des signes les explications de l'enseignante (à droite), Anne Perriot, pour les quatre enfants sourds accueillis dans cette classe. 
 

Dans la classe de CM1 d'Anne Perriot, le cours du matin porte sur les planètes et le système solaire. L'enseignante de l'école Raspail est « doublée » dans ses explications par une interprète en langue des signes, Élisabeth Révérand, de l'association Tours 2 mains. Depuis la dernière rentrée, l'école Raspail montre l'exemple en accueillant trois enfants sourds signants avec dix-neuf entendants, deux fois par semaine, pour des cours d'histoire-géo et de sciences naturelles. Un quatrième élève, sourd « oralisant », est également accueilli dans ces cours.

" Nous avons simplement demandé un strict respect de la loi "

Ces jeunes élèves bénéficient d'un dispositif innovant de deux demi-journées par semaine à l'école. C'est grâce à l'intervention des parents de l'Association départementale des parents d'enfants déficients auditifs (Adpeda 37) que ces enfants peuvent assister à des cours classiques. « Nous avons simplement demandé un strict respect de la loi », indique Philippe Millet, le papa de Lucien, 10 ans. Et c'est l'Irecov (Institut de rééducation et d'éducation pour la communication, l'ouïe et la vue), où ces enfants sont scolarisés le reste du temps, qui finance l'interprète à Raspail. L'an prochain, ces élèves suivront les cours de CM2.
Mais c'est au moment de leur entrée au collège que le problème de leur affectation se posera. Car l'Indre-et-Loire ne dispose pas de dispositif pour les enfants sourds signants en collège. « Les parents doivent se résigner à envoyer leurs enfants à Angers, Poitiers ou Orléans », déplore Caroline Leroy, enseignante spécialisée à l'Irecov. Le collège Léonard-de-Vinci, puis le lycée Choiseul, n'accueille que les enfants sourds « oralisants ».
Mais les parents, tout comme les associations, ont bon espoir que cette lacune soit réparée à la rentrée 2014. Le bénéfice de cette « socialisation » des enfants sourds au milieu des élèves entendants est évident. Claire Chevallier, éducatrice spécialisée, observe que ces élèves « jouent de plus en plus avec leurs camarades à la récréation. Et tous les autres enfants veulent connaître leur nom en langue des signes. »
L'association des parents d'enfants sourds a rencontré le directeur académique en mai dernier. « Nous attendons toujours sa réponse », déplore une maman. « Le grand enjeu, c'est la pérennisation de ce dispositif. Il faut que l'Éducation nationale prenne ses responsabilités », insiste Marie-Christine Bouet, chef de service à l'Irecov. « On aimerait avoir plus de cours encore, mais sans interprète, on ne comprendrait rien du tout », observe Thibault, 10 ans.